neurotoxiques : mercure dentaire et métaux lourds (L’étain – l’aluminium – l’arsenic – le plomb – le cadmium – le nickel – le fluor…)

infos médicaments, fluor et maladies induites
Lors d’une première étude, en 2006, ces mêmes chercheurs avaient identifié cinq produits chimiques susceptibles d’interférer avec le développement du cerveau. La nouvelle étude rafraîchit les données concernant ces cinq substances et en ajoute six autres: le manganèse, le fluorure, le chlorpyrifos et le DDT (des pesticides), le tétrachloroéthène (un solvant) et l’éther diphénylique polybromé (un produit ignifuge).
Brevets sur le fluorure raticides et Insecticides
« Fluor a joué un rôle significatif dans la lutte contre les insectes depuis environ 1896 quand le fluorure de sodium et des fluorures de fer différents ont été brevetés en Angleterre comme insecticides. Fluorure de sodium a été utilisé aux États-Unis pour le contrôle de cafard avant 1900 et a été introduit en 1915 pour le contrôle des poux des volailles. Cependant, l’utilisation d’insecticides de fluor n’est pas devenu générale jusqu’à la 1930´s lorsque les inconvénients des résidus arsenical sur les cultures vivrières sont apparents et les composés inorganiques du fluor ont été présentés comme des substituts plus sûrs. Une investigation systématique des organofluorés insecticides a commencé environ 1935 dans l’i. G. Farbenindustrie et les fluoroalcools et fluorophosphates (phosphorofluoridates) ont été intensivement étudiés en grande partie grâce à la recherche de Schrader (1952). Pendant la seconde guerre mondiale, fluoro-DDT ou « Gix » a été utilisé pour lutter contre les insectes d’importance médicale. Plus récemment, Fluoroacétamide et analogues ont été utilisés comme insecticides systémiques et une grande variété d’autres composés organiques fluorés ont montré une activité insecticide. Fluorure de sulfuryle a récemment été commercialisé comme fumigant pour ménages et structurelles parasites…
LE FL UOR : CET AM I QUI VOUS VEUT DU MAL
«  La  première  expérience  de  l’eau  potable  fluorée  sur  terre  a  été  trouvée  dans  les  camps  de   concentra tio n et les pris ons  Nazis de l’Allemagne du 3 ème  Reich.  La Gestapo se préoccupait  peu  de  l’effet  bénéfique  supposé  du  fluor  sur  les   dents  des  enfants.    Leur  intérêt  pour  l’eau   fluorée   était   de   stériliser   les   humains   et   forcer   les   personnes,   dans   leurs   camps   de    concentration, à la soumission docile  par une médication de masse. (1) Les chimistes allemands ont établ i un plan très ingénieux et de  grande envergure de contrôle  des  masses,  lequel  a  été  soumis  et  adopté  par   l’Etat-major  allemand.    Ce  plan  était  de   contrôler les populations dans n’importe quel s ecteur donné par la mé dication insidieuse de  masse dans les approvisionnements d’eau potable.   Par cette méthode ils pouvaient contrôler  les  habitants  de  secteurs  entie rs,  réduisant  la  population  par  un  médicament  dans  l’eau  qui   produisait la stérilité chez les femmes, et ainsi  de suite.  Dans ce plan  de contrôle des masses,  le fluorure de sodium a occupé une place au premier rang
La revue médicale The Lancet révèle enfin que le fluor est un neurotoxique
Handicaps du développement neurologique, y compris l’autisme ,  trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité, dyslexie et autres troubles cognitifs affectent des millions d’enfants à travers le monde et certains diagnostics semblent augmenter en fréquence. Les produits chimiques industriels qui endommagent le cerveau en développement sont parmi les causes connues de cette augmentation de la prévalence. En 2006, nous avons fait un examen systématique et identifié cinq produits chimiques industriels neurotoxiques :  le plomb, le méthylmercure, les polychlorobiphényles, l’arsenic et le toluène.
Fluorocarbones (PFC) / téflon
Le PFOA et SPFO ont démontré être extrêmement persistants, tant dans l’environnement et dans le tissu humain. Une étude récente a lié à ces produits chimiques à de graves dommages au système immunitaire chez les enfants (Grandjean et al., 2012). Mais le PFOA et SPFO n’est que deux d’une famille de composés fluorés appelé PFC, qui à leur tour font partie de la famille de fluorocarbone. Certains fabricants d’hydrofuges appliqués au pays affirment que leurs produits fluorocarbonés étant APFO ou SPFO libre, qu’ils sont sans risque. Est-ce vrai ? Les questions et les réponses suivantes devraient vous aider à faire votre choix.
Aluminium et Alzheimer
Ainsi les analyses de laboratoire ne révèlent qu’une information approximative, très loin de la réalité vécue par le malade qui est voué à être diagnostiqué de « malade psychique ».
Tous les autres métaux lourds peuvent avoir un rôle dans l’autisme et les T.E.D. de l’enfant, de l’adolescent et aussi dans les pathologies de l’adulte (dépression, fibromyalgie, etc.).
à écouter !
« Il est tout à fait inacceptable à mes yeux de continuer à insérer une substance aussi potentiellement toxique dans la bouche des citoyens alors qu’il existe des alternatives plus sûres »
Les plombages seraient dangereux pour la santé, et plus particulièrement le mercure utilisé pour les plombages. Un scandale de plus avec à la clé, des « ententes », du lobbyisme, des magouilles, etc….
Fibromyalgie … Non aux métaux lourds ! Plus grave que celui de l’amiante ou du médiator car 1 personne sur 3 est touchée!
Groupe d’Entraide des Intoxiqués au Mercure
Le MERCURE (Hg) est un métal trace dont la toxicité est connue et redoutable : c’est un neurotoxique, un reprotoxique, un immunotoxique, un génotoxique
victan (benzodiazépine), haldol (neuroleptique), antibiotique fluoroquinolone, médiator (benfluorex), lariam (antipaludéen, méfloquine), droleptan (neuroleptique), dipiperon (neuroleptique), rohypnol (benzodiazépine), prozac (fluoxétine)…
où se cache-t-il ?
Le fluor est un poison. Il n’a pas sa place dans le métabolisme humain, animal ou végétal. Il détruit les os et les dents, et fait des ravages dans toutes les structures du corps. Le fluor est l’un des éléments les plus répandus dans les remèdes pharmaceutiques.
La médecine moderne à base de médicaments compte sur le fluor. Les premiers symptômes d’intoxication ne sont en général pas reconnus, car ils sont ressentis communément. Il peut s’agir d’une salivation excessive, de nausées, vomissements, diarrhée et douleurs abdominales. On doit se demander combien de gens pensent avoir la grippe alors qu’ils souffrent en réalité d’un empoisonnement au fluor.
Ces symptômes sont insidieux, car ils peuvent indiquer le début de graves troubles métaboliques se terminant en maladies endocriniennes, du genre : hypocalcémie, hypomagnésémie [manque de magnésium, ndt], hyperkaliémie, hypoglycémie. Ces états peuvent avoir des répercussions dans tout l’organisme sous forme de troubles chroniques. Les déséquilibres subcliniques de tous ces éléments essentiels – calcium, magnésium, potassium et sucre – peuvent engendrer des dommages durables et permanents.
L’empoisonnement au fluor peut aussi entraîner des dommages neurologiques, dont des maux de tête, des tremblements, des spasmes, des contractions tétaniques, des réflexes hyperviolents, des convulsions et une faiblesse musculaire. En fin de compte, il provoque des troubles tératogènes : des malformations congénitales de la pire espèce.
En fait, c’est le fluor qui rend les dioxines si horribles. (Pour plus d’informations à propos de la dioxine en Zunie, avec une galerie de photos montrant les déformations que l’agent orange, son incarnation, a déchaîné au Viêt-nam, et ses effets sur les enfants en Angleterre, voyez ici.
L’implication cardio-vasculaire peut provoquer l’accentuation d’anomalies du rythme cardiaque pouvant entraîner la mort subite, des arythmies, un état de choc et l’arrêt cardiaque.
De nombreux médicaments ordinaires et infâmes contiennent du fluor : le Prozac, premier inhibiteur sélectif du recaptage de la sérotonine ; le Flonase, un décongestionnant ; le Lipitor et le Baycol, des réducteurs de cholestérol ; le Diflucan, une spécialité antifongique ; le Cipro, un antibiotique ; le Prevacid et le Propulsid, des antiacides… et ainsi de suite. La liste est longue.
L’ingestion d’un médicament contenant du fluor est chose risquée. Il se peut que vous pensez que des mises en garde particulières sont placées sur les médicaments préparés avec du fluor, mais rien ne l’indique.
Pour vous aider à vous protéger, voici la liste de la plupart des médicaments à base de fluor, classés en fonction de leur usage typique. La liste fournit les noms génériques. Laissez le pointeur planer un instant sur les termes soulignés précédés d’un point pour connaître les noms sous lesquels le médicament est vendu. Si le médicament a été retiré du marché, l’année de retrait est entre parenthèses.
Anesthésiques – Desflurane – Droperidol – Enflurane – Flumazenil – Halophane – Isoflurane – Methoxyflurane – Midazolam – SevofluraneAntiacides – Lansoprazole – Cisapride (2000)Anti-anxiété – Flurazapam – Halazepam – HydroflumethiazideAntibiotiques (Fluoroquinolones) – Ciprofloxacin – Penetrex – Flucloxacillin – Gatifloxacin – Gemifloxacin mesylate – Grepafloxacin HCI – Levofloxacin – Linezolid – Lomefloxacin – Moxifloxacin HCl – Norfloxacin – Sparfloxacin – Temafloxacin (1992) – Trovafloxacin mesylate Antidépresseurs – Citalopram – Escitalopram – Prozac – Luvox – Paroxetine – ProgabideAntifongiques – Fluconazole – Flucytosine/VoriconazoleAntihistaminiques – Astemizole – Levocabastine (1999)Hypolipidémiant (abaisseurs du Cholestérol) – Atorvastatin – Cerivastatin sodium (2003) – Ezetimibe – Fluvastatin sodiumAntimalarial – Halofantrine – Mefloquine Antimétabolites (Chimothérapie) – Aprepitant – Fluorouracil Coupe-faim – Dexfenfluramine (1997) – Fenfluramine HCl (1997) – Fenfluramine/Phentermine(1997) Antipsychotiques – Fluphenazine HCI – Haloperidol – Trifluoperazine HCIPolyarthrite rhumatoïde – Celecoxib – Diflunisal – Flurbiprofen – Leflunomide – SulindacStéroïdes – Amcinonide – Betamethosone diproprionate – Clobetasol – Clocortolone – Dexamethasone – Diflorasone – Dutasteride – Flumethasone Pivalate – Flunisolide – Fluocinolone Acetonide – Fluocinonide – Fluorometholone – Fluticasone propionate – Flurandrenolide – Hydroflumethiazide
Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s